Déportation des détenus du Rif … Où Zefzafi et Jaloul ont-ils disparu?

Déportation des détenus du Rif … Où Zefzafi et Jaloul ont-ils disparu?

Déportation des détenus du Rif ... Où Zefzafi et Jaloul ont-ils disparu?

De nombreux militants sur les réseaux sociaux ont fait part de leurs inquiétudes qui ne cessent de croître, le sort du leader du mouvement Rif, Nasser Zefzafi, et de son compagnon Mohamed Jalloul n’ayant pas été révélé.

Trois jours après que le délégué général à l’administration pénitentiaire a pris la décision d’expulser six détenus dans le contexte du mouvement Rif, de la prison de Tanga 2, le sort de Nasser Zefzafi et Mohamed Jaloul reste inconnu jusqu’à présent. De son côté, Ahmed Zafzafi, père du leader du mouvement Rif, a déclaré dans une émission en direct sur Sa page Facebook officielle, “Son fils est maintenant kidnappé et son sort est inconnu”, accusant l’administration pénitentiaire de “kidnapping”, qualifiant cet acte de “criminel” et appelant à “la divulgation rapide du sort de son fils et compagnon Mohamed Jalloul”. L’Administration générale des prisons et de la réintégration avait annoncé, jeudi dernier, qu’elle avait décidé d’expulser les détenus du Rif Hirak à la prison de Tanga 2, en raison de ce qu’elle considérait Ce qui est devenu un moyen qu’ils utilisent pour publier des enregistrements et des blogs et échanger des messages cryptés avec leurs familles, et même sur instruction du père de l’un d’eux, l’affaire a atteint le point de revendiquer des droits sans rapport avec les conditions de leur détention, faisant ainsi échec aux contrôles légaux et réglementaires en place dans les établissements pénitentiaires. »La délégation a ajouté dans une communication à elle, que Hirak détenus un La campagne de Tanger a refusé de se plier aux ordres de l’administration de cette institution et a ignoré ses avertissements et avertissements répétés, car elle les a accusés de ne pas vénérer les institutions de l’Etat et de menacer d’entamer des grèves de la faim collectives. La décision de la commission est venue comme une punition pour l’entrée des six détenus du Rif, l’historien Maati Munjib, et les deux journalistes Raissouni Suleiman et Omar Al-Radi, dans une grève de la faim de 48 heures pour protester contre le maintien en détention politique et pour exiger la libération immédiate de tous les détenus politiques au Maroc.


#Déportation #des #détenus #Rif #Où #Zefzafi #Jaloul #ontils #disparu
L’recrutement au Maroc sur le site de l’recrutement Numéro 1 au Maroc

Laisser un Commentaire